Sarkozy : Propose une loi pour le rétablissement du cumul des mandats

Avant que la bataille de la primaire débute à droite, Nicolas Sarkozy a fait déposer en toute discrétion une proposition de loi annulant le non cumul des mandats.

889730-sarko_obsession

Les Français ont les yeux rivés sur Rio et l’exécutif est accaparé par les questions de sécurité. Qu’à cela ne tienne, Nicolas Sarkozy, lui, n’oublie pas de faire de la politique pure et dure. En plein coeur de l’été, le patron du parti Les Républicains (LR) a lancé une offensive stratégique: 99 des 199 députés LR ainsi que 80 des 140 sénateurs du parti ont déposé mardi une proposition de loi préparant l’annulation du non cumul des mandats.

Détermination

Grande promesse de campagne de François Hollande, le non cumul a été voté dans la douleur en 2013 et doit s’appliquer dès le printemps 2017 aux députés puis aux sénateurs en septembre. Ce n’est pas vraiment une surprise: Nicolas Sarkozy a toujours été contre le non cumul des mandats. Mais le timing et le casting de l’opération renseigne sur la détermination de l’ancien président, toujours distancé dans les sondages par Alain Juppé.

L’annonce de sa candidature à la primaire avance à grand pas. Ce devrait être fin août. Pour pouvoir concourir, Nicolas Sarkozy doit quitter la présidence de LR. Alors juste avant, il a battu le rappel pour préparer un dernier texte législatif. Par cette proposition de loi organique, il promet aux élus locaux qu’ils pourront conserver tous leurs mandats. S’ils le choisissent comme leur candidat présidentiel fin novembre et, surtout, s’ils le réélisent à l’Elysée en mai prochain. Avant cela, l’initiative n’a évidemment aucune chance d’aboutir, la droite étant minoritaire à l’Assemblée. Mais peu importe. Avant de se lancer dans la bataille, Nicolas Sarkozy a juste besoin de faire passer le message aux cumulards: «Voyez ce que je suis prêt à faire pour vous, votez pour moi». Du bon vieux clientélisme de base.

Gesticulation estivale

Signant le caractère électoral de l’opération, les plus fidèles sarkozystes figurent parmi les signataires de la proposition de loi, de David Douillet à Alain Marleix en passant par Daniel Fasquelle, alors que les autres candidats à la primaire brillent par leur absence. Et pour cause: ils sont tous favorables au non cumul, comme Alain Juppé, Bruno Le Maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet.

Malgré cette discrète gesticulation législative estivale, même les stratèges de LR savent que le non cumul des mandats a les faveurs d’une très grande majorité de Français. Le texte qu’ils ont déposé est donc édulcoré, ce qui se reflète dans son titre où il est désormais question de préparer «la conciliation des mandats électifs nationaux et locaux». En clair, le parti de Nicolas Sarkozy ne veut plus supprimer le non cumul des mandats mais juste le prolonger jusqu’aux prochains scrutins locaux: les municipales de 2020 et les départementales/régionales de 2021. Il sera toujours temps, si la droite revient au pouvoir en 2017 de rédiger un projet de loi plus solide, détricotant l’avancée démocratique mise en place par la gauche. Ou de laisser tomber l’idée si les Français continuent de plébisciter le non cumul. Entretemps, Nicolas Sarkozy, qui se présente en candidat du peuple, aura tout fait pour préserver le «système».

Source : http://www.liberation.fr/