Sarkozy victime de cybersquatting: toutpourlafrance.net renvoie vers des nains de jardin (ou vers le livre de Trierweiler)

HUMOUR FACILE : L’un des noms de domaine qu’aurait pu utiliser Nicolas Sarkozy se moque de l’ancien président…

648x415_nicolas-sarkozy-2016

Nicolas Sarkozy est donc la première victime de cybersquatting de la campagne présidentielle 2017. Le terme désigne le fait d’acheter un nom de domaine sur Internet à forte résonance (un nom de marque, de personne célèbre, etc.) tant qu’il est libre afin de s’assurer un trafic important, bien que pas vraiment « légitime », pour se faire de l’argent ou pour « troller ».

Dans le cas de l’ancien président et nouveau candidat à l’élection présidentielle (et à la primaire de droite avant cela), le titre de son livre de campagne, Tout pour la France, a inspiré un petit malin, qui a déposé le nom de domaine
toutpourlafrance.net. Maintenant, essayez de vous y rendre en le tapant dans la barre url, le résultat est étonnant.

648x415

Le nom de domaine toutpourlafrance.net se moque de Nicolas Sarkozy. – Amazon

Les noms de domaine en. fr,. com et. org sont aussi déposés, mais ne renvoient vers rien pour le moment. En revanche, toutpourlafrance.net dirige donc l’internaute sur une page Amazon proposant l’achat de nains de jardin. Nicolas Sarkozy appréciera. L’auteur de la blague, qui a obtenu le nom de domaine jeudi, s’en est félicité sur Twitter.

A la rédaction de 20 Minutes, sur un ordinateur en particulier, le nom de domaine toutpourlafrance.net renvoie vers la page de… Merci pour ce moment,
le bouquin de Valérie Trierweiler, ancienne compagne de l’actuel président.

Comme le rio2016.fr

Un troll « momentané », explique l’internaute Twolverine, qui voulait simplement remercier son public sur Twitter : « Lors d’une requête [de nom de domaine], les informations sont stockées en cache sur l’ordinateur, donc quand j’ai modifié la redirection, un ordinateur qui n’avait jamais cliqué sur le lien tombait sur Merci pour ce moment, les autres, sur les nains de jardin ». Voilà pour l’explication technique. Fin de cette longue enquête, qui rappelle un autre cybersquatting récent, celui du nom de domaine rio2016.fr, qui renvoie toujours vers le site du Front national.

Source : http://www.20minutes.fr/