Selon l’équipe de Clinton, Donald Trump a menti 58 fois pendant le débat

Le site de campagne de la candidate démocrate a publié une liste de 58 mensonges prononcés par Donald Trump pendant le débat présidentiel de lundi soir.

461ededcb48882a539f9c42d9c474

L’entrée en piste de Donald Trump face à Hillary Clinton, lors du premier débat présidentiel, a donné du grain à moudre aux fact-checkeurs. Lundi soir et mardi, les journalistes américains se sont employés à passer au crible l’intégralité des sorties du candidat républicain pendant les 90 minutes de débat, pour démêler le vrai du faux.

58 mensonges

L’équipe d’Hillary Clinton est allée plus loin, en comptant les mensonges du magnat de l’immobilier, et en a dénombré 58, listés sur le site internet de la candidate. « Trump a menti lorsqu’il a nié avoir dit que le changement climatique était une invention des Chinois », « Trump a menti à propos de son soutien de la guerre en Irak (au moins trois fois) », « Trump a menti lorsqu’il a nié avoir dit que la grossesse était un inconvénient », cite, pèle-mêle, l’équipe de campagne de l’ancienne secrétaire d’Etat, qui a remporté le débat de l’avis général de la presse américaine.

A plusieurs reprises pendant la soirée, Hillary Clinton -qui se fait elle aussi épingler pour ses déclarations approximatives- s’était directement adressée aux caméras pour demander aux fact-checkeurs de faire leur travail.

Le débat, pain béni pour les fact-checkeurs

La plupart des grands médias américains ont publié leur analyse des affirmations des deux candidats dans les instants qui ont suivi la fin du débat. D’autres ont procédé à un fact-checking en direct, notamment les sites spécialisés en fact-checking, tels que FactCheck.org ou Politifact, ou encore la NPR, la radio nationale publique américaine, qui a scripté l’intégralité du débat pendant sa diffusion, tout en annotant les propos mensongers ou inexacts.

Même chose sur les réseaux sociaux, où les journalistes ont retrouvé et publié en live des archives démontant les propos que venait de tenir le Républicain ou la Démocrate.

Toutefois, au-delà du fait que les

débats ont relativement peu d’impact sur le résultat du vote

, cette vérification risque de n’avoir que très peu d’effet auprès des électeurs, notamment ceux acquis par Donald Trump, dont la base électorale est très fidèle et adhère à la théorie des « médias-complotistes », sans cesse avancée par le magnat de l’immobilier.

Source : bfmtv.com