Si elle est élue, Marine Le Pen promet de couper les subventions de La Voix du Nord

En guerre ouverte avec les médias et plus particulièrement avec La Voix du Nord, l’influent quotidien régional du Nord-Pas-de-Calais où elle est candidate, Marine Le Pen prépare déjà des mesures de rétorsion. Donnée favorite par tous les sondages pour l’emporter dans la super-région Nord-Pas-de-Calais-Picardie (NPdCP), la présidente du Front national promet, si elle est élue, qu’elle supprimera les subventions allouées au titre de presse qu’elle accuse d’être « un tract pour le Parti socialiste ».

n-MARINE-VOIX-DU-NORD-large570

A l’origine de son courroux, cette Une choc publiée par le journal à moins d’une semaine du premier tour. « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète », titre ce lundi La Voix du Nord, avant de consacrer deux pages très critiques à la cheffe de file de l’extrême droite française. « Le FN diffuse les ferments de la division », affirme le quotidien régional, traditionnellement peu complaisant à l’égard du Front national.

L’eurodéputée juge que cette Une est une « contrepartie aux neuf millions d’euros de subventions » qu’aurait touché La Voix du Nord de la part du « conseil régional socialiste » sous la mandature qui s’achève. Du coup, Marine Le Pen envisage de supprimer purement et simplement toute aide à la presse locale. « Ça ne correspond pas à un intérêt régional », indique-t-elle.

Le FN et les menaces à la subvention

Ce n’est pas la premiière fois que le Front national exerce un chantage aux subventions vis à vis de groupes ou d’associations qui lui sont hostiles. Aux élections municipales comme aux élections régionales, le parti d’extrême droite prône systématiquement l’arrêt aux associations anti-racistes ou de défense des droits de l’homme en les accusant de militer contre lui ou en faveur de partis concurrents.

Tout récemment, Marion Maréchal-Le Pen, tête de liste en Paca, a fait l’unanimité contre elle, y compris dans son propre parti, en annonçant qu’elle supprimerait les subventions au Planning familial si elle était élue à la présidence de la région. Motif: les plannings familiaux « véhiculent une banalisation de l’avortement ».

C’est désormais La Voix du Nord qui se retrouve dans le viseur du FN. Problème: « les subventions évoquées par Marine Le Pen ne concernent pas le journal La Voix du Nord, mais des aides à la production pour des courts et longs métrages ensuite diffusés sur la chaîne de télévision Weo, codétenue par le groupe Rossel-La Voix », a fait savoir la direction du groupe, citée par Le Figaro.

Toujours selon le quotidien régional, cette chaîne de télévision ne touche d’ailleurs pas directement cette aide régionale, puisque celle-ci lui est distribuée, tout comme dix autres chaînes, par la Société d’économie mixte Télés Nord-Pas-de-Calais. « Marine Le Pen le savait pertinemment puisque son parti est représenté au comité vérifiant l’utilisation de cet argent », accuse le journal.

En 2014, La Voix du
Nord
a touché l’équivalent de 2.435.118 euros d’aides et indirectes dont l’essentiel provient de l’Etat.

 

Source : huffingtonpost.fr