Système solaire : découverte d’une nouvelle grosse planète naine au-delà de Neptune

Le système solaire compte officiellement une nouvelle planète naine au-delà de Neptune. Il s’agit d’un corps sphérique de 600-900 km de diamètre baptisé temporairement 2010 JO179 dont la découverte vient d’être officiellement annoncée le 19 septembre par une équipe de chercheurs du Pan-STARRS Outer Solar System Survey, qui observent cet objet depuis 2005. D’autres planètes naines pourraient se cacher dans cette région du système solaire.

planete-naine

Une nouvelle grosse planète naine a été découverte dans le système solaire. Cet objet, d’un diamètre estimé entre 600 et 900 km orbite au-delà de Neptune proche de la ceinture de Kuiper. Pour rappel une planète naine selon la définition de l’Union Astronomique Internationale décrit les corps compacts du système solaire de classe intermédiaire entre les planètes et les petits corps.

Une grosse planète naine découverte dans notre système solaire au-delà de Neptune

Pluton, autrefois considérée comme une planète est aujourd’hui classée dans la catégorie des planètes naines. Depuis 2006, pour qu’un objet soit considérée comme tel il faut qu’il soit en orbite autour du soleil, qu’il possède une masse suffisante pour que sa gravité l’emporte sur les forces de cohésion du corps solide et le maintienne en équilibre hydrostatique sous une forme approximativement sphérique  et qu’il n’ait pas fait place nette dans son voisinage orbital.

Les scientifiques du Pan-STARRS Outer Solar System Survey à l’origine de cette découverte, observent 2010 JO179 (de son nom provisoire) depuis 2005, ce qui a permis de définir précisément son orbite d’une inclinaison assez élevée et sa vitesse de rotation d’une trentaine d’heure. À son apogée elle se situe à 117 unités astronomique du soleil contre 39 UA lors de son périgée. Son orbite est en résonance avec celle de Neptune.

Elle serait rouge, et assez brillante. Selon les scientifique à l’origine d’une publication sur le sujet dans arXiv, cette découverte implique une population substantielle d’autres corps de ce type dans la zone trans-neptunienne.

Source : papergeek.fr