Toutes ces affaires qui attendent Marine Le Pen après son échec à la présidentielle

La candidate du Front national jouait plus que son destin politique au second tour de l’élection présidentielle : sans victoire, elle pourra être rattrapée par ses ennuis judiciaires…

Marine Le Pen a eu beau éreinter François Fillon durant toute la campagne, une solidarité de condition pourrait vite s’installer entre les deux : celle de deux anciens candidats à la présidentielle risquant d’être rattrapés par la justice. Qualifiée pour le second tour, Marine Le Pen conservait encore l’espoir d’échapper aux griffes des juges. Une victoire, et l’immunité due au chef de l’Etat, aurait protégé la candidate frontiste pendant cinq, voire dix ans en cas de réélection. Espoir tué ce 7 mai avec sa défaite contre Emmanuel Macron, la candidate frontiste ne rassemblant que 35% des suffrages.

Les affaires devraient plonger Marine Le Pen dans une actualité moins plaisante… Passage en revue des nuages qui s’amoncellent au-dessus de la candidate d’extrême droite.

L’affaire des assistants parlementaires européens

C’est le danger le plus clair à court terme pour Marine Le Pen. Le FN aurait fait percevoir à au moins 17 de ses membres des indemnités versées par le Parlement de Bruxelles, alors que ces cadres frontistes sont soupçonnés de n’avoir travaillé que pour le compte du parti. Deux enquêtes sont en cours : au niveau de l’Union européenne (UE), l’Office européen de lutte anti-fraude (OLAF) a déjà demandé à plusieurs eurodéputés FN de rembourser les sommes dues. Le préjudice est estimé par le Parlement européen à près de 5 millions d’euros. En France, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire en décembre 2016, après plusieurs mois d’enquête. Une perquisition menée au siège du FN en février a mis au jour des documents laissant à penser que le stratagème existait depuis 2012 et était connu de Marine Le Pen.

Convoquée par les juges en vue d’une mise en examen, Marine Le Pen a refusé de s’y rendre, promettant de le faire après la campagne présidentielle. La candidate du FN est protégée par son immunité parlementaire de députée européenne… Mais la justice française vient de demander la levée de cette immunité. En échouant au second tour, Marine Le Pen pourrait être convoquée par les juges dans le cadre d’une garde à vue dès le mois de juin. Les étapes judiciaires éventuelles restent nombreuses : mise en examen, instruction, classement sans suite ou renvoi au tribunal, procès et, enfin, condamnation ou non-lieu. Marine Le Pen pourrait être inculpée pour plusieurs infractions : recel d’abus de confiance (envers sa cheffe de cabinet), escroquerie en bande organisée, travail dissimulé, faux et usage de faux… L’escroquerie en bande organisée est l’un des délits le plus sévèrement punis par le code pénal français : la sanction peut aller jusqu’à 10 ans d’emprisonnement et 1 million d’euros d’amende.

L’affaire de la sous-évaluation du patrimoine immobilier

Marine Le Pen et son père Jean-Marie ne se parlent plus, mais ils font encore cause commune sur une chose : tous les deux sont soupçonnés par la justice d’avoir volontairement sous-estimé la valeur de leurs biens immobiliers, notamment le fameux manoir des Le Pen à Montretout. Le parquet national financier (PNF) a ouvert en janvier 2016 une enquête après avoir été saisi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Si elle était condamnée dans cette affaire, Marine Le Pen risquerait jusqu’à trois ans de prison, 45.000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité.

L’affaire des photographies de Daech

Les faits remontent à décembre 2015, lorsque Marine Le Pen proteste contre le parallèle fait par le journaliste Jean-Jacques Bourdin entre le FN et Daech. Celle qui est alors présidente du FN poste sur Twitter trois images, non floutées, d’exactions de l’Etat islamique – et notamment la photographie de la décapitation de James Foley, un otage américain, qu’elle a retirée depuis. La justice a ouvert dans la foulée une enquête pour « diffusion d’images violentes ». Sous certaines conditions, la peine peut grimper jusqu’à 5 ans de prison et 75.000€ d’amende. Comme pour les autres affaires, Marine Le Pen a refusé de se rendre à la convocation des juges, mais son immunité de parlementaire européenne a été levée pour cette affaire le 2 mars dernier. Elle peut désormais être convoquée à nouveau.

Les affaires qui concernent le Front national

Les ennuis judiciaires qui guettent Marine Le Pen sont très, très nombreux. Mais pour certaines affaires, c’est davantage son parti que sa personne qui est menacé. Le FN est ainsi soupçonné d’avoir mis en place un système illégal de financement de ses comptes de campagne depuis 2011… date de l’accession de Marine Le Pen à la présidence du parti. L’enquête progresse : le FN et une flopée de proches de la candidate ont été renvoyés en correctionnelle en octobre 2016. Les juges ont attribué à Marine Le Pen le statut de témoin assisté dans cette affaire, et n’ont pas trouvé d’éléments prouvant qu’elle était au courant de la machination lors des législatives de 2012, sur lesquelles porte l’enquête.

Une autre affaire porte sur des collaborateurs FN du conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, qui auraient été rémunérés par des fonds publics en 2012 alors qu’ils travaillaient pour la campagne présidentielle de Marine Le Pen. Le parquet de Lille a ouvert une enquête en janvier 2016.

Pendant un temps, la campagne électorale a éclipsé le bruit sourd des affaires judiciaires. Mais en perdant au second tour de l’élection présidentielle, Marine Le Pen devrait bientôt passer autant de temps à répondre aux questions des juges qu’à celles des journalistes. A moins qu’elle ne se fasse élire députée ou sénatrice, et qu’elle bénéficie d’une nouvelle immunité due aux élus, qui pourrait toutefois être levée par le Parlement.

Source : Marianne