Transport. Bientôt des péages sur les routes nationales ?

Le ministère des Transports cherche actuellement à mettre en place une nouvelle taxe pour les poids lourds sur certaines sections de routes nationales. Déjà en place dans les Landes, la mesure suscite l’inquiétude. En effet, de nombreux poids lourds empruntent les routes départementales pour ne pas avoir à payer la taxe, au grand dam des riverains des petites communes.

Est-ce le retour d’une « écotaxe » déguisée ? Le ministère des Transports songe en effet à mettre en place une nouvelle taxe pour les poids lourds sur des tronçons de routes gratuites.

La ministre Elisabeth Borne avait déclaré, la semaine dernière aux Echos, « réfléchir à une façon de faire payer ces poids lourds ». Selon elle, plusieurs régions seraient volontaires pour lancer des expérimentations.

Une mesure déjà appliquée dans les Landes

« D’autres demandent à pouvoir créer, comme l’a fait le Grand Paris, une taxe spécifique dédiée aux besoins en équipement, avait affirmé la ministre au quotidien économique. Cela peut également passer par la mise en place de péages sur certaines sections de routes nationales, sans pénaliser les déplacements de proximité, à l’image de ce qui a déjà été fait dans les Landes. »

Ainsi, une section de 110 km de la nationale 10 avait été transformée en 2013 en une autoroute payante (A63). Les poids lourds qui l’empruntent pour rejoindre l’Espagne depuis Bordeaux doivent payer entre 15 et 20 €.

« Avec cette mesure, ce sont les camions qui sont visés, c’est une écotaxe déguisée ! », avait dénoncé au Parisien, Thierry Douine, le président de la Fédération générale de transports CFTC.

Des effets pervers pour les communes environnantes

Cette expérimentation n’est pas sans conséquence sur la circulation routière locale. En effet, les poids lourds contournent le tronçon d’autoroute pour ne pas payer la somme, et empruntent les départementales adjacentes.

Ils traversent ainsi de petites communes au grand dam des riverains. Le trafic routier a augmenté de 15 % à 30 % sur ces axes, selon une étude rendue en janvier dernier au conseil départemental.

Les syndicats de poids lourds prêts « à retourner dans la rue »

Les habitants des logements situés le long de la route dénoncent un niveau de bruit « pas acceptable », précise le quotidien national. « Le trafic des camions est un sujet permanent de discussion dans le village et nous recevons de nombreuses plaintes d’habitants », a déclaré Vincent Ichard, le maire de Moustey dans les Landes, une commune proche de la D834.

Face à cette situation, le département a pris un arrêté en mars interdisant sur la D834 « la circulation des véhicules de transport de marchandises en transit, d’un poids de plus de 7,5 t ».

Le ministère devra faire face à de nombreuses oppositions pour mettre en place cette nouvelle taxe sur les poids lourds. « On est prêt à retourner dans la rue », annonce Thierry Douine.
Source : Sud Ouest

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here