Valls: « les candidats de la France insoumise sont dangereux pour la démocratie »

L’ancien Premier ministre a fustigé ce mardi sur BFMTV la compromission » entre le mouvement de Jean-Luc Mélenchon et les « islamistes ».

Le théoricien des « gauches irréconciliables » ne dévie pas. Manuel Valls s’est livré ce mardi à une féroce charge contre la France insoumise, le mouvement politique de Jean-Luc Mélenchon.

« Les candidats de la France insoumise sont dangereux pour la démocratie, une certaine conception de la République et une certaine idée de la France », a lâché l’ancien Premier ministre sur BFMTV, qui fustige une « compromission » entre LFI et les « islamistes ». Cette hostilité de Manuel Valls envers le parti d’extrême gauche s’est accentuée lors des élections législatives.

Une « campagne » dangereuse contre Valls

L’ancien chef de gouvernement a battu la candidate LFI Farida Amrani au terme d’une campagne âpre, dont le résultat est contesté devant le Conseil constitutionnel. « La campagne qui a été menée contre moi au nom des idées que je défendais sur la République, la laïcité, l’égalité hommes-femmes, était un projet dangereux », a insisté Manuel Valls.

Après sa victoire, le député d’Evry avait déjà fustigé le rapport de la France insoumise aux questions d’identité. Dans un entretien à Libération, il avait regretté le silence de son adversaire aux législatives, après avoir reçu le soutien pour le second tour de l’humoriste Dieudonné, condamné pour incitation à la haine: « à gauche, on n’est pas à l’aise sur ce sujet-là », analysait-il.

Election contestée aux législatives

« C’est presque un angle mort. Comme on est du côté des plus faibles, on dit ‘ce sont des victimes’, on croit qu’il faut se mettre de leur côté, et on prend les voix. On est mal à l’aise, et on se retrouve à légitimer Dieudonné », explique l’ancien ministre de l’Intérieur dans les colonnes du quotidien de gauche.

De son côté, Farida Amdani a déposé ce le 28 juin un recours devant le Conseil constitutionnel pour faire annuler l’élection législative. L’ancien Premier ministre avait annoncé sa victoire par 139 voix d’écart, un résultat immédiatement contesté par son adversaire le soir du second tour.

Source : L’Express

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here