Les variétés puissantes de cannabis responsables d’un quart des cas de psychose

24% des nouveaux cas de psychose sont associés à la consommation de cannabis à forte puissance tel que le « skunk », selon une étude, menée à Londres, publiée dans The Lancet Psychiatry.

Comparativement à ceux qui ne consomment pas de cannabis, ceux qui consomment ce type de cannabis, à fort taux de THC (tétrahydrocannabinol), ont un risque de psychose d’allure schizophrénique 3 fois plus élevé et 5 fois plus élevé s’ils en consomment tous les jours.

Marta Di Forti du King’s College London et ses collègues ont mené cette étude avec près de 410 personnes résidentes du South London, âgées de 18 à 65 ans, qui rapportaient un premier épisode de psychose et 370 personnes en santé.Le risque de psychose dépendait de la fréquence d’utilisation et de la puissance du cannabis. L’utilisation de haschisch (résine de cannabis), qui contient une forte teneur en cannabidiol (CBD), n’était pas été associée à un risque accru de psychose.

« Il est maintenant bien connu que la consommation de cannabis augmente le risque de psychose. Cependant, des sceptiques prétendent toujours que ce n’est pas une cause importante de la psychose de style schizophrénie. Cette étude suggère que nous pourrions éviter près d’un quart des cas de psychose si personne ne fumait de cannabis à forte puissance », souligne Robin Murray, coauteur.

Psychomédia avec sources: The Lancet, King’s College London, BBC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here